Le Keren Hayessod dans la Shoa   

le  18/04/2012 
0  Commentaires
A la mémoire du Dr. Markus (Mordechai) Spiegel, président du KH de Cracovie et Galicie (1886-1940)

 

 Dr. Spiegel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dr. Markus (Mordechai) Spiegel​
  
Avocat de profession, le Dr. Spiegel a été pendant de longues années un leader sioniste de premier plan dans l'importante communauté juive de Cracovie, en Pologne. En tant que tel, il fut aussi le rédacteur en chef du journal sioniste "Dziennik Nowy" ("New Daily") mais d'abord et avant tout, il a dirigé les bureaux du Keren Hayessod à Cracovie, et la collecte de fonds dans toute la région,  en contact étroit avec le siège du KH à Jérusalem. Délégué au 19e Congrès sioniste  à Lucerne, en Suisse (1935), il visita Eretz-Israël en 1938 à l'invitation du directeur du KH,  Dr. Arthur Hantke, et y rencontra des leaders comme Leib Yaffe et Arthur Ruppin. Lors de sa visite, il exprima son souhait d'organiser son alyah et celle de sa famille, mais ses amis le persuadèrent de rester à Cracovie à poursuivre ses importantes activités sionistes. 
 
 Le 1er Septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne et le sort des Juifs commença à changer irrémédiablement. Le Dr. Spiegel fut arrêté par la Gestapo en décembre 1939, avec d'autres personnalités publiques, et il fut transféré de prison en prison jusqu'à l'été 1940, quand il a fut envoyé au camp de concentration d'Auschwitz, qui n'était pas encore à ce moment un camp d'extermination. Une fois par mois, il était  autorisé à envoyer une courte lettre à sa famille, mais sa situation s' aggrava rapidement. Tous les efforts du KH pour le faire sortir de la Pologne avec un certificat d'alyah échouèrent et le 4 décembre 1940, sa femme Rosa reçut un télégramme en allemand annonçant: "Votre mari a succombé à un accident cérébral". Un prisonnier détenu avec le Dr. Spiegel devait raconter plus tard à sa famille que le travail forcé et le froid implacable furent les véritables raisons de sa mort.
 

De droite à gauche: Dr. Markus Spiegel, son épouse Rosa, leur fils Lotek (aujourd'hui Prof. Eleazar Shafrir) et leur fille Ora

Son épouse Rosa ne devait pas non plus survivre à ces années terribles. Après avoir été envoyée dans le ghetto de Cracovie, elle a péri dans le camp d'extermination de Belzec, en 1942, à 45 ans.

Leur fille Ora, née en 1930, a été tuée dans le ghetto de Cracovie en 1943, à l'âge de 13 ans.

Leur fils, Eléazar (Lotek), a réussi à s'échapper du camp de concentration de Plaszow avec un ami, avec l'aide de la gouvernante chrétienne de la famille de celui-ci. Il a réussi à atteindre la Hongrie, puis Istanbul, d'où il a immigré ensuite vers la Palestine mandataire. Arrivé à Jérusalem, il a rencontré les dirigeants KH et a reçu du Keren Hayessod une bourse pour commencer ses études en chimie à l'Université hébraïque. Il a ensuite rejoint l'école de médecine à l'Hôpital Hadassah et y a été nommé professeur. Il a finalement fondé le centre de recherche sur le diabète à la faculté de médecine et obtenu une reconnaissance internationale dans son domaine d'expertise, sous son nom hébraíque: Professeur Eléazar Shafrir.

2012-04-19_111540.jpg
Le Prof. Shafrir et son fils Ouri ont pris part en tant qu'invités d'honneur à la cérémonie tenue au siège de KH, le jeudi 19 Avril, Yom Hashoa («Journée du Souvenir de l'Holocauste et de l'héroïsme»), au cours de laquelle le souvenir du Dr. Spiegel et d'autres dirigeants du KH qui ont été assassinés pendant la Shoah a été commémoré. 

 
Source: Les mémoires du Prof. Eleazar Shafrir "The Story of My Life, from Jerozolimska to Jerusalem" et d'autres documents qu'il nous a aimablement communiqués

 
 

 

 
 

Commentaires

Exprimez-vous

Dites-nous ce que vous pensez…
Nom * :
Title :
Email :
Commentaires :



Commentaires